Communiqué du président de l’ASAF du 21 juillet 2017.

  • Les conditions de la démission du général d’armée Pierre de Villiers ont profondément et sans doute durablement réduit la crédibilité du président de la République comme chef des Armées. 
    Sa méconnaissance des questions militaires, son inexpérience et son absence de réflexion antérieure sur ce qui est « le premier devoir de l’Etat » justifiait pleinement le maintien à son poste du général de Villiers unanimement apprécié pour sa loyauté, sa franchise, sa connaissance très approfondie des questions de Défense, notamment budgétaires, et son sens de l’intérêt supérieur du pays.
  • Par des propos frisant l’autoritarisme puéril – « c’est moi le chef » –  tenus au mauvais moment et au mauvais endroit, ainsi que par son refus de traduire dans les faits les besoins urgents des armées, le Président a conduit le chef d’état-major des Armées à démissionner afin de marquer son refus de mettre en cause la cohérence des capacités opérationnelles de nos armées.
  • Dans le souci de restaurer l’image désastreuse de  « petit chef arrogant » qui est maintenant celle du président de la République, non seulement au sein des armées mais aussi de l’opinion publique, monsieur Castaner, porte-parole du gouvernement, a cru bon de se lancer dans une diatribe visant à ternir l’image du général de Villiers et à justifier l’attitude du Président .
  • Les propos de monsieur Castaner pèsent en fait le poids de leur médiocrité. Ils ont des relents d’aigreur, un goût de vengeance et suintent l’arrogance. Ce parfait ignorant des questions de Défense n’avait, à n’en pas douter, jamais lu les nombreuses auditions des chefs d’état-major expliquant la situation critique dans laquelle se trouvent nos armées.
    Sait-il que les textes des auditions sont libres d’accès sur les sites de l’Assemblée nationale et du Sénat et qu’ils peuvent être relayés par internet et les réseaux sociaux ?
  • L’ASAF, association de soutien à l’armée française, est strictement indépendante et ne sollicite aucune subvention de l’Etat. Elle participe bénévolement à l’information des citoyens sur les questions militaires et de Défense. Elle constate que les dirigeants et élus actuels sont, pour leur très grande majorité d’entre eux, peu au fait  des questions militaires. Elle estime qu’il est plus que jamais du devoir des chefs militaires d’éclairer le plus rigoureusement possible les autorités politiques et les élus de la Nation  sur la situation stratégique et sur celle de nos armées. Il est de leur devoir de dire la vérité sans restriction.
  • Pour sa part, l’ASAF va continuer à mobiliser les citoyens français pour qu’ils soutiennent notre armée et qu’elle dispose de tous les moyens lui permettant d’agir efficacement au service de la France et des Français aujourd’hui mais aussi demain.
  • En outre, elle sera particulièrement vigilante, comme ce fut le cas dans le passé, sur les propos tenus par les responsables politiques à l’encontre des soldats de tous grades, ainsi que sur toute tentative de manipulation ou d’instrumentalisation de l’armée et de son histoire à des fins politiciennes.

« Turquoise »

 « La malhonnêteté a la vie dure! »
Alors que le général Lecointre  prend ses fonctions dans les conditions que l’on connaît,  certains des detracteurs habituels de notre Pays et de nos armées s’en prennent au nouveau CEMA au titre de sa participation à l’opération Turquoise au Rwanda, voulant ainsi conforter leur présentation fallacieuse des faits et poursuivre la mise en accusation de la France au regard des événements dramatiques qui se sont déroulés dans ce pays.
Rappelons que l’opération Turquoise, après l’opération Noroit, fut commandée par un parachutiste , le général JC  Lafourcade  (ancien aide de camp du général Bigre,), et fut menée avec la participation essentielle des unités de la 11 division parachutiste et du commandement des opérations speciales, dans des conditions psychologiques et de combat particulièrement difficiles.
C’est pourquoi L’UNP,  dans son devoir de mémoire et de défense de nos armées,  ne peut laisser la seule parole à ceux qui une nouvelle fois veulent affaiblir et nuire à notre pays et ses armées alors que nous devons aujourd’hui faire face à la menace terroriste.
Je porte donc à votre connaissance deux textes forts intéressants de messieurs Hubert Vedrine et Bernard Lugan, rétablissant les faits et soulignant la grandeur de l’action de la France au Rwanda, en dépit des atermoiements,hésitations, lâchetés et coup bas de nombreux pays et de nombreuses belles âmes partisanes et sectaires.
Général (2S) Patrice Caille
Président de l’UNP

Bernard Lugan analyse juilet 2017

Hubert Vedrine Le 28 juillet 2017

Saint-Michel 2017 à Paris

La commémoration de la Saint-Michel à Paris se déroulera cette année le 30 septembre prochain selon le programme suivant:

  • 10h00: – messe solennelle en la cathédrale Saint-Louis des Invalides
  • à la sortie, dans la Cour d’Honneur: chants paras
  • 12h00: remise de médailles du Mérite UNP
  • 13h00: déjeuner à la Rotonde, cercle-mess de l’Ecole Militaire
  • 15h00: Conseil National à l’Ecole Militaire
  • 17h45: rassemblement sur les Champs-Elysées, mise en place pour le défilé par pelotons
  • 18h00: remontée des Champs-Elysées derrière les drapeaux
  • 18h30: dépôt de gerbes à l’Arc de Triomphe, ravivage de la Flamme
  • 19h45: dîner de cohésion à la Rotonde, cercle-mess de l’Ecole Militaire

Démission du CEMA: le mot du président national

L’union Nationale des Parachutistes s’est exprimée sur les événements qui ont entraîné la démission digne, responsable et courageuse du général de Villiers.

Mais la Défense n’attend pas, et le général Lecointre notre nouveau CEMA aura la très difficile tâche de poursuivre l’oeuvre accomplie par son prédécesseur, de rétablir la confiance entre nos armées et nos dirigeants , de conduire les opérations en cours et à venir tout en préparant les textes et décisions organisant la défense de notre Pays pour les années à venir.
Fidèle à ses finalités de patriotisme et de soutien aux Armées, l’Union Nationale des Parachutistes félicite le général Lecointre pour sa nomination et l’assure de son entier soutien pour la conduite des Armes de la France. Elle se réjouit du choix d’un vrai soldat attentif aux hommes et connaissant les  vérités du combat.
Les soldats de toutes nos armées et leur chef peuvent compter sur leurs anciens de l’UNP dans le cadre qui est le sien.
L’Union Nationale des Parachutistes s’était en effet auparavant exprimée sur les évènements qui ont entraimé la démission du général de Villiers par le message ci-dessous:

La France a eu un beau 14 juillet ,rassemblée autour de ses soldats lors du défilé parisien, et dans l’hommage aux victimes du terrorisme à Nice. Cette cohésion nationale a cependant été ternie par l’humiliation incompréhensible infligée au chef  d’état -major des armées après que celui ci se fut exprimé sur le budget militaire dans le cadre de ses prérogatives et au sein du cercle restreint de la représentation nationale

Au cours des opérations ou actions qu’ils ont menées au cours de la 2 ème guerre mondiale, des guerres d’Indochine et d’Algérie,  de la guerre froide et des Opex,  les parachutistes ont souvent souffert du manque des moyens nécessaires à leurs missions, les remplaçant alors par leurs sacrifices parfois poussés à l’extrême.

C’est pourquoi, alors que nos dirigeants politiques rappellent régulièrement que notre Pays est en guerre contre le terrorisme, à l’extérieur comme à l’intérieur de nos frontières,  ce qui devrait en toute logique justifier un  effort de guerre conséquent, l’Union Nationale des Parachutistes, de par ses finalités de patriotisme et de soutien à nos Armées :

– salue le courage , la détermination et le sens du devoir du général de Villiers qui, avec toute la droiture, la loyauté  et la discipline qu’on lui connaît, sait éclairer la nation sur l’état de sa Défense et sur les épreuves endurées par nos soldats;

– encourage et soutient tous nos militaires et nos forces de défense et de sécurité et tout spécialement bien sûr nos parachutistes, qui se dévouent sans compter,et parfois gratuitement, pour assurer le premier devoir de l’état: la défense de ses citoyens;

– appelle nos dirigeants politiques à faire les choix voulus par la situation exceptionnelle que nous vivons, tout en sachant que la discipline toujours respectée à leur égard par nos soldats est fondée sur la confiance et la franchise qui seules font que les soldats sont prêts au sacrifice suprême.