Projet de communiqué du Comité National d’Entente des associations patriotiques et du monde combattant suite aux propos du Chef de l’Etat du 19 octobre 2017.

Au nom de l’UNP, son président, le général Caille, a donné son accord au projet de communiqué du CNE (Comité National d’Entente) en lui demandant d’ajouter que nous comptons sur la détermination du Président de la République pour défendre cette spécificité française qui touche à la disponibilité des militaires, garantie de notre efficacité opérationnelle.

Le projet de communiqué en question est le suivant:

Le Comité National d’Entente se félicite des propos très clairs tenus par le Président de la République, au cours de son allocution du jeudi 19 octobre 2017, devant les forces de la Sécurité intérieure et leur haute hiérarchie.

Le chef des Armées a notamment prononcé ces termes :  » sur le sujet du temps de travail, je dirai aussi clairement que ma détermination est complète pour qu’aussi bien la Gendarmerie que les Armées de manière générale ne sont pas concernées par la directive bien connue. Les choses sont claires, notifiées à qui de droit et seront portées jusqu’à leur terme ».

Cette mise au point, sobre et claire, permet de mettre un terme aux interrogations ou aux réflexions que d’aucuns d’entre nous se posaient : certains, en effet, souhaitaient se conformer systématiquement aux normes européennes, et plus particulièrement à la directive européenne sur le temps de travail, qui prévoit notamment un plafond limité à 48 heures par semaine….

Cette mise au point nous semble en parfaite conformité avec les premiers termes du statut général des militaires, qui précise que « l’état militaire exige en toute circonstance esprit de sacrifice, pouvant aller jusqu’au sacrifice suprême, discipline, disponibilité, loyalisme et neutralité.  » 

L’expérience acquise au cours des opérations extérieures, des engagements sur le territoire national, de l’entraînement opérationnel et de la vie de garnison montre que nos forces armées, comme les personnels qui les constituent, n’ont pas à rougir, de leur statut, restent fiers de leur disponibilité et veillent au respect des règles d’engagement et de comportement pour le succès de la mission.

Le CNE fait confiance à la hiérarchie militaire et à toute la chaîne de commandement – qu’il s’agisse des Armées ou de la Gendarmerie – pour qu’elles continuent à prendre en compte la condition du personnel ; l’expérience révèle qu’elles savent faire preuve d’humanité, plus particulièrement quand la mission et les circonstances ont exigé beaucoup de leur personnel.

Général d’armée (2s) Bruno Dary

Président du Comité national d’entente